Des mots en provençal

 

Qu vous a pas di ...

Couverture du Saint-Tropez infos 22.. que 2014 sarié uno annado de coumemouracien ? Lou centenàri de la debuto de la guerro de quatorge, segur, mai lou centenàri de la mouart de Frederi Mistral (1830-1914).

Tout lou mounde counoueis lou noum dóu poueto prouvençau mai coumo l'escrivié trufarèu l’Humanité, pèr l'anoucio de sa mouart  : "nòu sus dès dei journalisto que prouclamon encuei soun engèni an jamai legi un vers de Mirèio". Pamens l’obro de Mistral es dei grando. Quouro Mirèio espeliguè en 1859, Lamartine escriguè : "Ai legi Mirèio… Rèn n’avié’ncaro pareigu d’aquelo sabo naciounalo, drudo e inimitablo, dóu Miejour. I’a’no vertu dins lou soulèu. Ai crida coumo vous : acò’s Oumèro !". Mirèio fuguè asata au tiatre liri pèr Charles Gounod en 1864. En 1866 pareiguè Calendau. Après aquélei dous pouèmo segui, escriguè Lis Isclo d’or, recuei de pouësìo prouvençalo (1876), Nerto, ispira d’uno legendo de l’age mejan en 1884, e lou drame La Rèino Jano en 1890. Venguèron pièis un autre pouèmo segui, Lou pouemo dóu Rose (1897), Memòri e Raconte (1906) e soun darrié recuei Lis Oulivado en 1912.

En fouaro d’acò, uno grando partido de sa vido, Mistral beilejè la publicacien de L’Armana Prouvençau, dóu journau L’Aiòli, e subre tout oubrè vint an de galèro à l’alestimen de soun diciounàri prouvençau Lou tresor dóu Felibrige, acaba, mai pancaro publica, en 1878. Soun obro fuguè guierdounado dóu prèmi Nobel de literaturo en 1904. Acò li rapourtè la soumo de 97 479 franc que li permetè d'agrandi lou Museon Arlaten, un dei proumié musèu etnoulougrafique que recato uno rejouncho de mai de 35 000 óujèt de la vido vidanto, doucumen, vèsti, moble, óuti de travai etc.

Alors en 2014, gueiras un pau leis anoucio, que l'aura segur d'evenimen, d'espetacle, en óumage à Frederi Mistral.


Traduction

Vous a-t-on jamais dit que 2014 serait une année de commémorations ? Le centenaire du début de la guerre de quatorze, bien sûr, mais aussi le centenaire de la mort de Frédéric Mistral (1830-1914).

Tout le monde connaît le nom du poète provençal, mais comme l'écrivait moqueur le journal L'Humanité lors de l'annonce de sa mort : "neuf journalistes sur dix qui proclament aujourd'hui son génie n'ont jamais lu un vers de Mirèio". Pourtant l'œuvre de mistral est gigantesque. Quant Mireille fut publié en 1859, Lamartine écrivit : "j'ai lu Mireille … rien n'avait encore paru de cette sève nationale, drue et inimitable du midi. Il y a une vertu dans le soleil. J'ai crié comme vous : c'est du Homère !" Mireille fut adapté à l'opéra par Charles Gounod en 1864. En 1866 parut Calendal. Après ces deux poèmes suivis, il écrivit Les îles d'or, recueil de poésies provençales (1876), Nerte, inspiré d'une légende du moyen âge en 1884, et le drame La Reine Jeanne en 1890. Vinrent ensuite, un autre poème suivi, Le poème du Rhône (1897), Mémoires et récits (1906) et son dernier recueil Les Olivades en 1912.

En dehors de cela, une grande partie de sa vie, Mistral dirigea la publication de l'Almanach provençal, du journal l'Aïoli, et surtout il travailla vingt ans comme un forçat à la préparation de son dictionnaire provençal Le trésor du Félibrige, achevé mais pas encore publié en 1878. Son œuvre fut couronnée par le prix Nobel de littérature en 1904. Celui-ci lui rapporta la somme de 97 479 francs qui lui permit d'agrandir le Museon Arlaten, un de premiers musées ethnographiques qui rassemble une collection de 35 000 objets de la vie de tous les jours, documents, vêtements, meubles, outils de travail etc.

Alors, en 2014, guettez un peu les annonces, il y aura certainement des événements, des spectacles en hommage à Frédéric Mistral.

(article paru dans le Saint-Tropez info n°23 - Janvier 2014)


Qu vous a pas di ...

Couverture du Saint-Tropez infos 22...lou cinema « Star » duvié tourna mai faire lusi soun estelo sus la ciéuta de Sant-Troupès ? Souto l’inmoble de «l’Hôtel de Paris» uno salo de 170 plaço baiado à la vilo en pleno prouprieta durbira dins gaire de tèms e es esta decidi de li metre « Le Star » en remembranço dóu cinema que jouguè jusqu’à la debuto deis annado 1970.
En 1938 Julieto e Gustavo Pelegrin parènt adóutiéu de Jóuseto Bain, durbiguèron «Le Star» un cinema mouderne : proujeitour
AEG, sounourisacien especialo de la salo e pèr decouracien un plafoun d’estu blanc escampiha d’estelo de gip moulado que lou
poudès encaro amira dins la boutigo 18 balouard Loueis Blanc.

Quant d’istòri goustoua estacado à-n-aquéu cinema ! Pendènt la guerro, leis Alemand lou requisiciounavon un cóup pèr semano e
quatre vièi marin de la Kommandantur venien vèire soun film, mai à la demando de Madamo Pelegrin pèr pas embruti lei fautuei leissavon sei fusiéu au bar ! Jóuseto si souvèn que la vèio dóu Desbarcamen leis Alemand regardavon « lou Baroun de Münchausen ». Dous o tres còup dins la passado la sereno restountiguè. Dous o tres còup lei sourdat sourtèron, rintrèron mai regardèron soun film jusqu’à la fin ! 

L’endeman, 15 d’avoust, après uno nuei d’esfrai souto lei fue crousa deis Alemand e deis American, moussu Pelegrin vòu vèire l’estat de soun cinema e s’endraio emé Jóuseto dins lou balouar quouro s’avanço uno troupo de fusilié marin francés que patissien de la sé.
Gustavo li duerbe soun cinema e souarte lei bouànei boutiho. Óublidès pas que moussu Pelegrin avié aussi uno distilarié !
Pouden pas dire eici tóutei lei souveni recata dins aquesto salo : lei rush que venié vèire chasque souar Jan Girault pendènt lou tournejage dei « Gendarme », parié pèr « la Piscine » de Jaque Deray o « le Viager » de Pèire Tchernia.

Alor, LONGO MAI ! pèr lou « Star » nouvèu en souvetant que pourgisse ei Troupelen tout plen de moumen agradiéu.


Traduction

Vous a-t-on jamais dit que le cinéma "Star" devait à nouveau faire luire son étoile sur le cité de St Tropez ? Sous l'immeuble de l'Hôtel de Paris, une salle de 170 places donnée à la ville en pleine propriété ouvrira dans peu de temps et il a été décidé de le nommer "le star" en souvenir du cinéma qui joua jusqu'au début des années 1970.
En 1938, Juliette et Gustave Pelegrin, parents adoptifs de Josette Bain, ouvrirent le "Star", un cinéma moderne : projeteur AEG, sonorisation spéciale de la salle et pour décoration, un plafond de stuc blanc orné d'étoiles moulées que l'on peut encore admirer dans la boutique du 18 boulevard Louis Blanc.

Que d'histoires savoureuses attachées à ce cinéma ! Pendant la guerre, les Allemands le réquisitionnaient une fois par semaine et quatre vieux marins de la Kommandantur venaient voir leur film, mais à la demande de Madame Pellegrin, pour ne pas salir les fauteuils, ils laissaient leurs fusils au bar ! Josette se souvient que la veille du débarquement, les Allemands regardaient "le Baron de Münchhausen". Deux ou trois fois durant la séance la sirène retentit. Deux ou trois fois les soldats sortirent, rentrèrent, mais regardèrent film jusqu'à la fin !

Le lendemain, 15 août, après une nuit d'épouvante sus les feux croisés de Allemands et des Américains, monsieur Pelegrin veut voir l'état de son cinéma et il s'engage avec Josette dans le boulevard quand s'avance une troupe de fusiliers maris français qui mouraient de soif.
Gustave leur ouvre son cinéma et sort les bonnes bouteilles. Noubliez pas que monsieur Pelegrin avait aussi une distillerie !
Nous ne pouvons pas citer ici tous les souvenirs attachés à cette salle : les rushs que Jean Giraud venait voir chaque soir après le tounage des "Gendarmes", de même pour "la Piscine", de Jacques Deray ou "le Viager" de Pierre Tchernia.

Alors LONGO MAI ! pour le nouveau "Star" en souhaitant qu'il apporte aux Tropéziens une multitude de nombreux moments agréables.

(article paru dans le Saint-Tropez info n°22 - Octobre 2013)


Qu vous a pas di ...

Couverture du Saint-Tropez infos 21... lou «Museon de l’Istòri Maritimo Troupelenco» crebarié l’uou aquest’estièu ? 

Mai se nouastro Ciéutadelo apreciado dei vesitaire (77.986 intrage en 2012) es tant poupulàri encuei demié lei Troupelen, es pas 
toujour esta ensin.

En 1559 à la debuto dóu regne d’Enri IV, lou gouvernour de Prouvènço vòu que la Coulino dei Moulin siegue fourticado. En 1592 lou coumençoun de ciéutadello que deja pounchejo agrado pas ei Troupelen. En 1594 lei cònsou de la vilo escrivon au rei en li remembrant sei privilege, sa fidelita à la Courouno, e li demandon sa destrucien. Pas mai. Lou counsèu municipau impausè mume uno courrado ounte chasque Troupelen devié douna 12 jour de travai jusqu’à l’arrasamen coumplet de l’edifice. Aussi quet chale quouro, pèr letro patènto dóu 6 de setèmbre 1596 Enri IV ourdounè tout d’uno soun demoulimen ! Mai, lei cauvo anèron pas ensin e, en 1602, Forbin, Coumissàri Generau de la Marino dóu Levant signavo davans noutàri lou countrat de coustrucien dóu dounjoun. En 1607 lou doujoun s’aubouravo fieramen sus la tèsto dei Troupelen.

Segound lou Ct Jòusè Rosati, lei Troupelen voulien pas d’aquesto ciéutadelo cregnènt que sei coumandant fuguesson rebelle à l’autourita dóu rèi. E, verai, dous còup lei Troupelen li baièron l’assaut. En 1596 lou coumandant Montaut demoura fidèu à-n-Epernon, gouvernour de Prouvènço mes en disgràci, lei Troupelen n’en faguèron lou sèti pèr estoufa la rebelioun e en 1662 pendènt la Froundo prouvençalo quouro lou coumandant d’Ardènty luchavo countro Mazarin emé lei Sabraire de Touloun. Remarcas aussi que lou cors de Bravado que saludo tóutei leis autourita militàri presènto à sa fèsto, jamai si viro vers la ciéutadelo pèr l’ounoura. Garouio d’ancian regime ! Aro lei Troupelen escarisson sa Ciéutadelo e si languisson de vèire soun museon nouvèu !

Traduction

Vous a-t-on jamais dit que le "Musée de l'Histoire Maritime Tropézienne" allait ouvrir ses portes cet été ? Mais si notre Citadelle appréciée des visiteurs (77.986 entrées en 2012) est tellement populaire de nos jours parmi les Tropéziens, il n'en a pas toujours été ainsi.

En 1559, au début du règne d'Henri IV, le gouverneur de Provence veut que la colline des Moulins soit fortifiée. En 1592, le commencement de citadelle qui se dresse déjà n'a pas la faveur des Tropéziens. En 1594 les Consuls de la ville écrivent au roi, lui rappelant leurs privilèges, leur fidélité à la Couronne, et ils lui demandant rien moins que sa destruction. Le conseil municipal imposa même une corvée ou chaque Tropézien devrait donner 12 jours de travail jusqu'à l'arasement complet de l'édifice. Aussi quel plaisir lorsque par lettre patente du 6 décembre 1596, Henri IV ordonna simplement sa démolition ! Mais les choses prirent une autre tournure et en 1602, Forbin, Commissaire Général de la Marine du Levant signait devant notaire le contrat de construction du donjon. En 1607 le donjon se dressait fièrement sur la tête des Tropéziens. 

Selon le commandant Joseph Rosati, les Tropéziens n'acceptaient pas cette citadelle craignant que ses commandant ne fussent rebelles à l'autorité royale. Et, de fait, à deux reprises les Tropéziens lui donnèrent l'assaut. En 1596 le commandant Montaut demeuré fidèle à Eprenon, gouverneur de Provence mis en disgrâce, les Tropéziens montèrent à l'assaut pour étouffer la rébellion et en 1662, pendant la Fronde provençale lorsque le commandant d'Ardenty luttait contre Mazarin avec les sabreurs de Toulon. Notez aussi que le corps de Bravade qui salue toutes les autorités militaires présentes à sa fête ne se tourne jamais vers la citadelle pour l'honorer. Querelles d'ancien régime ! De nos jours les Tropéziens chérissent leur Citadelle et ont hâte d'admirer son nouveau musée.

(article paru dans le Saint-Tropez info n°21 - Juillet 2013)


 

Qu vous a pas di ...

... que leis loujamen lougadiéu que si dreisson adeja sus lou parcage dei Lisso fasien l’óujèt d’un arrendamen enfiteouti amenistratiéu ? Mais qu’es aquelo bèsti e que significo aquéu noum barbaro ? (Remarcas que l’ourtougrafo dóu mot en prouvençau es pas tant farlabicado qu’en francés.) «Amenistratiéu», acò vóu dire qu’es reserva ei couleitiveta, la coumuno, e «enfiteouti» simplamen que duro loungtèms.

Quand de tèms demandas ? Pas mens de 19 an, pas mais de 99 an, mai pèr nautre sara 60 an. A la fin de l’arrendamen, lou bèn (174 loujamen loucatiéu) revendra à la vilo. N’i a que trovon acò un pau lounguet, mai es justamen l’eime de l’arrendamen enfiteouti de dura proun de tèms e de trouva l’equilibre pèr permetre au loucatàri (l’arrendaire souciau SFHE) de tapa sei frès e de pas perdre de sòu, e au prouprietàri (la vilo), de pas agué à s’encarga dóu coust de la coustrucien ni de l’entre-tenemen dóu bèn.

Mai vous cresès pas qu’acò date de ièr. Au countràri, aquelo pratico remounto au tèms que Jèsus pourtavo lei braieto e lou mot vèn dóu grè (εμφύτευσις, enfuteusis), «acien de planta». Mai de planta de que ? D’óulivié pardiéuno ! Couneissès lou prouvèrbi que dis : «plantes un grafinié pèr tu, un amourié pèr teis enfant, un óulivié pèr tei felen». Dins l’Antiqueta, aquéu que voulié louga uno terro e li planta d’óulivié, li falié bèn quauqueis annado davans éu avans de pousqué faire raia lou proumié degout d’òli.

Vaqui perqué lei Grè an inventa aquesto loucacien de loungo durado e lei Rouman l’an marca dins soun dré. Un còup de mai pouden prouclama que nautre, Prouvençau, «sian lei felen de la Grèço inmourtalo».


Traduction

Vous a-t-on jamais dit que les logements locatifs qui se dressent déjà sur le parc des Lices faisaient l'objet d'un bail emphytéotique administratif ? Mais un bail emphytéotique administratif qu'es acò ? "Administratif" signifie que cela est réservé aux collectivités (la commune)  et  "emphytéotique" signifie que ça dure longtemps. 

Combien de temps ? Pas moins de 19 ans, pas plus de 99 ans, mais pour nous ce sera 60 ans. A la fin du bail le bien (174 logements locatifs) reviendra à la ville. Certains trouvent cela un peu long, mais c'est justement l'objet du bail emphytéotique que de durer assez longtemps et de trouver l'équilibre et permettre au locataire (le bailleur social SFHE) de couvrir ses frais et de ne pas perdre d'argent, et au propriétaire (la ville), de ne pas avoir à supporter le coût de l'opération ni de l'entretien du bien.

Mais ne croyez pas que cela date d'hier. Au contraire, cette pratique remonte aux calendes grecques et le mot justement vient du grec (ἐμφύτευσις, enfuteusis), "action de planter". De planter quoi ? Des oliviers pardi ! Vous connaissez le proverbe qui dit : "tu plantes un cerisier pour toi, un mûrier pour tes enfants et un olivier pour tes petits enfants".

Dans l'Antiquité, celui qui voulait louer une terre pour y planter des oliviers devait bien disposer de quelques années devant lui avant de pouvoir récolter la première goutte d'huile. Voici pourquoi les Grecs ont inventé cette location de longue durée et les Romains l'ont inscrite dans leur droit. Une fois de plus nous pouvons proclamer que nous, Provençaux "sian lei felen de la Grèço inmourtalo". Nous sommes les petits fils de la Grèce immortelle.

(article paru dans le Saint-Tropez info n°20 - Avril 2013)


Qu vous a pas di ...

... que 2013 sarié à Sant-Troupès l'annado de Malto ? "Que liame entre Malto e nouastro ciéuta, demandas ?" Suffren pardiéuno ! Pèire-Andriéu de Suffren de Sant-Troupès, baile e coumandaire de l'Ordre de Sant-Jan de Jerusalem : l'Ordre de Malto. Li sias ? Suffren pourtavo encaro lei braieto que Sant-Troupès e Malto èron deja liga dins sa vido. Soun paire decidè de lou faire intra dins l'Ordre de Malto à l'age de 8 an. E la legendo vòu que dins aquesto pountanado, lou pichot Suffren espanta descurbènt la mar à Sant-Troupès partié pèr sei proumièrei bourdejado emé lei pescaire de l'endré. A despart d'acò, aven gaire d'entresigne dins sa vido d'ome sus d'àutrei escapado troupelenco.

Pèr quant à Malto, li anè que quatre còup.

En 1748, à l'age de 19 an, emai siegue deja proun esperimenta dins lou biais de si batre e de mena de batèu, dèu ana faire dous an e mié d'aprendissage dins l'Ordre.

Après uno loungo recatado dins lei gabiolo deis Anglés, soun segound viage lou fa à mai de 30 an : 16 mes pèr acaba soun tèms reglementàri de caravano dins l'Ordre. En 1769, Suffren manjo dins sei 40 e li fau aro "teni galèro" dous an à Malto. Soun darrié viage durè que tres mes, fin 1776, quouro guèiravo un grade de Generau dei Galèro qu'óutenguè pas.

Si vis que tóutei sei tancado malteso fuguèron moutivado pèr leis óubigacien de l'Ordre e dins l'entre-vau Suffren servié dins la marino reialo que falié teni targo eis Anglés. Si coumpren que li restavo gaire de tèms pèr treva leis androuno de nouastro ciéuta. Pamens, soun cor aut, sa valènci e soun sang bouiènt li aduguèron sa plaço dins lou couar dei Troupelen.

Adounc, emé Suffren que nous afrairo, bouano annado de Malto ... à Sant-Troupès.


Traduction

Vous a-t-on jamais dit que 2013 serait à Saint-Tropez l'année de Malte ? "Quel rapport entre Malte et notre cité, me direz-vous ?" Suffren pardi ! Pierre-André de Suffren de Saint-Tropez, bailli et comandeur de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem : l'Ordre de Malte. Vous y êtes ? Suffren n'était encore qu'un enfant que Saint-Tropêz et Malte étaient déjà liées dans sa vie. Son père décida de la faire entrer dans l'Ordre de Malte à l'age de 8 ans. Et la légende veut que dans ces années, le petit Suffren ébahi découvrant la mer à Saint-Tropez partait tirer ses premiers bords avec les pêcheurs de l'endroit. Hormis cela, on ne sait pas grand chose durant sa vie adulte sur d'éventuels séjours tropéziens.

Quant à Malte, il n'y alla que quatre fois. En 1748, à l'age de 19 ans, déja très expérimenté dans l'art de la guerre et de mener des navires, il doit aller y faire deux ans et demi d' apprentissage de pour l'Ordre. Après une longue captivité chez les Anglais il fait son second voyage à plus de 30 ans : 16 mois pour achever son temps règlementaire de caravane pour l'Ordre. En 1769, dans la quarantaine, il doit eller "tenir galère". Pour cela il doit prononcer ses voeux de chevalier profès (ce qu'il aurait dû faire avant 26 ans ...) Il embarque ensuite pour Malte où il séjourne deux ans. Son denier voyage ne dura que trois moi, fin 1776, à l'époque où il brigait un grade de général de galère qu'il n'obtiendra pas. 

On voit que tous ses séjours maltais furent motivés par les boligations de l'Ordre et dans l'intervalle il servait dans la marine royale dans sa lutte contre les Anglais. On comprend qu'il ne lui restait guère de temps pour flâner dans les venelles de notre cité. Pourtant, sa grandeur d'âme, sa bravour et son esprit rebelle lui valurent une place de choix dans le coeur des Tropéziens.

Donc, autour de  Suffren qui nous rassemble, bonne année de Malte ... à Saint-Tropez.

(article paru dans le Saint-Tropez info n°19 - janvier 2013)


Qu vous a pas di ...

... Felipe Candeloro venié patina à Sant-Troupès en desèmbre ? Après Sarah Abitbol e Surya Bonaly uno autro estelo dóu resquihage. A prepaus de resquihage, sabès d'ounte vèn lou mot francés "resquiller" que vòu dire passa avans soun tour, passa sènso paga ? Vèn dóu prouvençau ! Es dins lou diciounàri de l'Acadèmi Frenceso despuei que Marcèu Pagnol lou faguè intra en 1955. E vaqui coumo capitè de faire passa aquéu neoulougisme de la lengo de Mistral à la lengo de Molières. Pagnol countè l'istòri, vertadièro, que vaqui ei barbasso de l'Acadèmi : En 1880, l'oupera municipau de Marsiho dounavo uno representacien dóu Proufèto de Mayerbeer. L'ate III, presènto un lau jala ounte de patinaire resquihon sus la glaço. Mai en 1880 avien pas lei mejan teini de faire de glaço pèr uno pisto de patinage sus un pountin de tiatre. Lou metèire en scèno aguè idèio d'utilisa de patin courredis pèr ramplaça lei patin à glaço. Moucò qui ! En passant pèr Marsiho, la troupo demandè dounc l'ajudo dóu "Skating Marseillais" pèr que li prestesson de patinaire courredis en escàmbi de plaço d'oupera à gratis. Sus scèno, l'ilusien èro perfeto. Lei patinaire  arrivavon uno ouro avans la representacien e, en passant pèr l'intrado deis artisto creidavon bèn fouart en francés aubourant sei patin courredis : "resquilleurs" dins un prouvençalisme qu'aurès coumprès. Lei patinaire qu'èron pas mai de sèt o ue, à la debuto dei representacien, au bout d'uno semano, si capitèron d'èstre mai de vint à creida "resquilleurs" ! De finòchou si disien patinaire pèr pas paga l'intrado. Aquéu cinema a gaire dura mai lou mot a resta. Venès dounc vèire Candeloro resquiha sus nouastro pisto de parinage lou 15 de desèmbre, e pèr vous, ges de besoun de "resquiha", l'espetacle es à gratis.

Traduction

Vous a-t-on jamais dit que Philippe Candeloro venait patiner à St Tropez en décembre ? Après Sarah Abitbol, Surya Bonali, une autre star de la glisse, de la "resquille", comme on dit en provençal. Et à propos de resquille, savez-vous d'où vient le mot français "resquiller" qui signifie, passer avant son tour ou passer sans payer ? Du provençal pardi ! Le mot figure dans le dictionnaire de l'Académie Française depuis que Marcel Pagnol l'y a fait entrer en 1955. Et voici comment il a réussi à faire passer ce néologisme de la langue de Mistral à la langue de Molière. Pagnol raconta l'histoire véridique suivante aux vénérables membres de l'Académie. En 1880, on donnait à l'opéra de Marseille une représentation du "Prophète" de Mayerbeer. L'acte III présente un lac gelé où des patieurs évoluent sur la glace. Mais en 1880 on n'avait pas les moyens techniques de fabriquer de la glace pour une patinoire sur une scène de théâtre. Le metteur en scène eut donc l'idée de remplacer les patineurs sur glace par des patineurs à roulettes. Et le tour était joué. En passant par Marseille, la troupe demanda donc la participation du "Skating Marseillais" qui mit à disposition de la production ses patieurs à roulette en échanges de places gratuites pour les représentation. Sur scène l'illusion était parfaite. Les patineurs à roulettes arrivaient une heure avant le représentation et en passant par l'entrée des artistes, tout en brandissant leurs patins ils criaient bien fort : "resquilleurs" dans un provençalisme que tout le monde aura compris. Les patieurs qui n'étaient pas plus de 7 ou 8 au début des représentations, au bout d'une semaine, se trouvèrent être plus d'une vingtaine à cirer "resquilleurs" ! De petits malins se faisaient passer pour patineurs afin d'entrer gratuitement. Ce petit jeu n'eut qu'un temps mais le mot est resté. Venez donc voir Candeloro sur notre patinoire le 15 décembre, et pas besoin de "resquiller", le spectacle est gratuit.

(article paru dans le Saint-Tropez info n°18 - octobre 2012)


Qu vous a pas di ...

… sarié à Sant-Troupès l'annado de l'Indo ? Acò fai seguido à la vesito de l'Ounourablo (sic) Menistre Dono Selja Kumari dins nouastro ciéuta l'a gaire. Aquest evenimen sara, tout l'an, l'escasènço de faire la proumoucien dei proudu indian au travès de manifestacien espourtivo, artistico, gastrounoumico, presentacien de modo, espetacle de danso, sènso óublida lou cinema - sabès que Bollywood es lou proumié proudutour de film au mounde. Si parlo mume d'un festenau annuau dóu cinema indian...
N'entèndi deja que roumegon : "Mai que soun ana cerca leis Indo ?" Bessai que leis Indian, coumo lei Troupelen an pas óublida nouàstr'istòri coumuno : lou Generau Allard, óuficié de Napouleoun, que partè eis Indo après Waterloo ounte moudernisè l'armado dóu Maharaja Sikh Randjit Singh, soubeiran de l'empèri de Lahore. Eila, coumo dins un counte, maridè la fiho dóu raja de Chamba, Banou
Pan Deï. Faguè puei veni touto sa famiho à Sant-Troupès avans de s'entourna au Penjab emé lou titre de Legat de Franço proche Sa Majesta Ranjit Singh. Mouriguè souto lei bàrri de Peshawar en 1839 e sa fremo, indouïsto si faguè catoulico pèr pousqué lou retrouba dins l'autre mounde. qu'acò's bèu ! Pas tant melicouso, mai autant glouriouso fuguè uno autro istòri indiano, aquélo de Suffren. L'Amirau Satan, Troupelen de couar, avans Allard, èro ana coumpli sa glòri sus mar jusqu'eis Indo ounte garcè uno bravo rousto eis Anglés entre febrié e jun 1783.  
Osco ! dounc pèr l'annado de l'Indo, uno óuperacien bèn enregado que repauso sus lei dous foundamento enounciado pèr Mistral "dóu passa la remembranço e la fe dins l'anque vèn". Alors pèr 2012, vous souvetan uno bouano annado... indiano.

Traduction

Vous a-t-on jamais dit que 2012 serait à Saint-Tropez l'année de l'Inde ? Cela fait suite à la récente visite de l'Honorable (sic) Ministre Madame Selja Kumari dans notre cité. Cet événement sera l'occasion de faire toute l'année la promotion des produits indiens au travers de manifestations sportives, artistiques, gastronomiques, présentations de mode, spectacles de danse, sans oublier le cinéma – on sait que Bollywood est le premier producteur de films au monde. On parle même d'un festival annuel du cinéma.
J'entends déjà les rouspéteurs : "Mais pour quoi aller chercher les Indes ?" Peut-être que les Indiens, comme les Tropéziens n'ont pas oublié notre histoire commune : le Général Allard, officier de Napoléon, qui partit pour les Indes après Waterloo où il modernisa l'armée du Maharaja Sikh Randjit Singh, souverain de l'empire de Lahore. Là bas, comme dans les contes, il épousa la fille du rajah de Chamba, Banou Pan Deï. Il fit ensuite venir toute sa famille à Saint-Tropez avant de retourner au Pendjab avec le titre de Légat de France auprès de Sa Majesté Ranjit Singh. Il mourut sous les remparts de Peshawar en 1839 et sa femme, hindouiste, se convertit au christianisme pour pouvoir le retrouver dans l'au delà. Quelle belle histoire ! Moins romantique mais tout aussi glorieuse est l'histoire de Suffren. L'Amiral Satan, Tropézien de coeur, avant Allard, était allé chercher la gloire sur mer jusqu'aux Indes où il battit les Anglais entre février et juin 1783.
Bravo donc à l'année de l'Inde, une opération bien engagée qui repose sur les deux piliers chers à Mistral : "le souvenir du passé et la foi dans l'avenir".
Alors pour 2012, nous vous souhaitons une bonne année ... indienne.




(article paru dans le Saint-Tropez info n°15 - février 2012)


 

Qu vous a pas di ...

Qu vous a pas di qu'uno avengudo de Sant-Troupès pourtavo lou noum de Bernat Blua, conse de 1973 à 1983 e, va sabès proun, escrivan de trìo. Grand barrulaire dins lou mounde, sa carriero diploumatico lou menè de Poulougno au Pourtugau, de Washington en Argié, de Mouscou en Soueisso. Pamens Bernat óublidè jamai soun peïs de Prouvènço. Tre la debuto deis annado setanto escriguè de libre pèr lei drole "Co-que-bat", "Der e Vob", publiquè uno reviraduro dóu "Cantico dei cantico" e un librihoun militant "Destin d'une langue minoritaire". Sei rouman, "L'itineràri d'Antòni Santin" (1988) e "Lou retour d'Estève Courbon" (1996) si debanon à Sant-Trassiho que tout lou mounde aura recouneissu nouastro ciéuta. En mai d'acò, Bernat escriguè mant uno crounico dins lou journau "Prouvènço aro" coumo sei "Soulas de Mouscou", temouniage pertoucant sus la vido vidanto dei Russou au tèms de la Perstroïka.
Mai n'i a uno que mi marquè, es aquelo de la Morgan, sabès aquesto autò clafido de "bijarrarié angleso" que li avié mes "Moudestino" coumo la saumo de Stevenson quouro batié lei Ceveno. Vaqui coumo la pinto : "Lou chassis es de frais durci, lou dedins di porto tambèn. La suspension a pas chanja despièi 1913. La raço es vièio. (…) Ounte anarés trouba un tapo-cuou ansin ? Chasco gibo de la routo vous fai sauta en l'èr, e en meme tèms es talamen basso qu'en laissant pendre lou bras rabaiariés de bauco. (…) Sa souleto prouteicioun es sa precàri béuta. (…) Quet chale enfin de prèndre la routo. (…) E meme li jour d'ivèr, quet plesi de se senti, à la sousto estrecho de la capoto, lou brut de la plueio dins lis aubre !"  Emé Bernat, tout fa pouësìo. Troubarés sei libre à la biblioutèco de la Troupelenco.


Traduction

Vous-t-on jamais dit qu'une avenue de Saint-Tropez portait le nom de Bernard Blua ? Maire de Saint-Tropez de 1973 à 1983, et on le sait, écrivain de talent. Grand voyageur à travers le monde, sa carrière diplomatique l'a emmené de Pologne au Portugal, de Washington en Algérie, de Moscou en Suisse. Pourtant Bernard n'a jamais oublié son pays de Provence. Dès le début des années soixante-dix, il écrivait des livres pour les enfants "Co-que-bat""Der e Vob", il publiait une traduction du Cantique des Cantiques et un petit opuscule militant Destin d'une langue minoritaire. Ses romans, L'itineràri d'Antòni Santin (1988)et Lou retour d'Estève Courbon (1996) ont pour cadre Sant-Trassiho où tout le monde aura reconnu notre cité. D'autre part, Bernard a écrit de nombreuse chroniques dans le journal Prouvènço aro comme ses Soulas de Mouscou (récréations moscovites), témoignages touchants sur la vie quotidienne des Russes au temps de la Perestroïka.
Mais j'ai été particulièrement touché par celle de la Morgan. Vous connaissez cette auto "bourrée de bizarreries anglaises" qu'il avait baptisée "Modestine" comme l'ânesse de Stevenson lorsqu'il parcourait les Cévennes. Voici comment il la décrit : "Le châssis es en frêne durci, l'intérieur des portes aussi. La suspension n'a pas changé depuis 1913. La race est vieille. (...) On ne fait pas mieux en matière de tape-cul. Chaque bosse de la route vous fait sauter en l'air, et en même temps elle est tellement basse qu'en laissant pendre le bras on pourrait ramasser de l'herbe. (...) Sa seule protection est sa précaire beauté. (...) Quel bonheur enfin de prendre la route. (...) Et même les jours d'hiver, quel plaisir de sentir, à l'abri de son étroite capote, le bruit de la pluie dans les arbres !". Avec Bernard, tout devient poésie. Vous trouverez ses livres à la bibliothèque de la Troupelenco.




(article paru dans le Saint-Tropez info n°14 - octobre 2011)

 



Qu vous a pas di ...

... que la capello Sant-Troupès fouaro lei bàrri que li dien simplamen «capello dóu Couvènt» avié pèu muda ? Enfustage nouvèu, vouto descargado, tóulisso novo, endu acoulouri, gourguiero de couire. Tout acò si vis. Qu’acò’s bèu !

Mais en agachant un pau miés aurés bessai remarca uno serìo de pichin trau souto la genouveso que semblon aqui pèr aureja lou galatas. Acò’s pas’cò. Aquélei trauquet soun l’entrado dei gabiolo de bouas naturau istalado souto lei tèule pèr assousta ... lei rateiròu.

Couneissès aquéleis aucèu que si courron darnié en largant sei ziéu-ziéu dins lou cièl en fi n de journado. Aquéleis aucelet estraourdinàri si pauson jamai au sòu e passon la majo part de soun tèms dins leis èr. Moucò, es en voulant que manjon, que douarmon, que s’acoublon. Mai fau bèn nisa un jour. A Sant-Troupès la sus-pènto de la capelo dóu Couvènt fa soun afaire : es proun auto e l’a proun de plaço pèr recata la coulounìo. Urousamen de la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) que faguè assaché avans la debuto dóu chantié qu’aquéstou trastet, leis rateiróu n’en fasien soun loujamen d’estiéu. Deja proun amenaça pèr l’arrarimen deis mouissau, n’empipon de miliasso pèr jour, falié pas en sus li leva soun nis.
Vesès coumo lei cauvo van simplamen : se voulès garda leis aucèu, li fau basti de nis. Va parié pèr leis ome : se voulès garda lei Troupelen, li fau basti de loujamen. Vaqui perqué à quàuquei metre de la capello, se marchas pas lou nas en l’èr pèr amira l’edifi ce renouva, aurés remarca la miroundello dóu permés de coustrure dei loujamen que permetran segur de counserva d’estajan dins lou peïs.

Perqué, sabès, lou Troupelen coumo lou rateiròu es uno meno à mand de s’avali.


Traduction

Vous a-t-on jamais dit que la chapelle Saint-Tropez hors les murs que l'on appelle simplement «chapelle du Couvent» avait fait peau neuve ? Nouvelle charpente, voûte allégée, toiture neuve, enduit de couleur, gouttières de cuivre. Tout cela se voit et c'est beau.

Mais en regardant un peu mieux, vous aurez peut-être remarqué une série de petits trous sous la génoise qui semblent servir à l'aération des combles. Il n'en est rien. Ces petits trous sont l'entrée de petites cages de bois naturel installées sous les tuiles pour accueillir ... les martinets noirs.

Vous connaissez ces oiseaux qui se coursent en poussant des cris stridents dans le ciel en fin de journée. Ces oiseaux extraordinaires ne se posent jamais au sol et ils passent la plus grande partie de leur temps dans les airs. Ainsi, c'est en volant qu'ils mangent, qu'ils dorment, qu'ils s'accouplent. Mais il faut bien nicher un jour. A Saint-Tropez, la soupente de la chapelle du Couvent fait leur affaire : elle est assez haute et il y a assez de place pour abriter la colonie. Heureusement, la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) a averti avant le début des travaux que ces combles servaient de logement d'été aux martinets noirs. Déjà très menacés par la raréfaction des insectes, ils en avalent des milliers par jour, il ne fallait pas en plus leur supprimer leur nid.

Vous voyez comme les choses sont simples : si vous voulez garder les oiseaux, il faut leur construire des nids. Il en va de même pour les humains : si vous voulez garder les Tropéziens il faut construire des logements. C'est pourquoi, à quelques mètres de la chapelle, si vous ne marchez pas le nez en l'air pour admirer l'édifice rénové, vous aurez remarqué l'affiche du permis de construire des logements qui permettront certainement de conserver des habitants dans le pays.

Car vous savez, les Tropéziens, comme les martinets noirs, sont une espèce en voie de disparition.


(article paru dans le Saint-Tropez info n°13 - juillet 2011)


 

Qu vous a pas di que lou printèms pounchejavo ?

Mai aquest'an si parlo gaire d'un printèms de flour, de regreiamen, de respelido amistadouso. Sian pulèu dins un printèms de boulegadisso, de treboulamen. D'espèr pèr d'ùnei, de chauchovièio pèr d'àutrei.

L'a lei printèms aràbi coumoul d'esperanço : lou de Tunisìo, primadié, que desmamè l'ome au poudé despuei tout aro un quart de siècle ; lou d'Egito, avans-ouro, ounte lou pople acampa sus la plaço Tahrir, brulavo en paio soun "raïs" au moumen que lei Prouvençau sus lei plaço de vilage cremavon caramentran pèr festeja Carnava, messagié de la primo ; lou de Libìo ounte fauguè tout pèr evita un massacre, lou de Sirìo tout bèu just espelissènt au moumen qu'escriven acò. E n'en pàssi.

L'a lou printèms japounés, pecaire ! que sara pas un printèms de flour d'amelié o d'espouvarèu blanquinèu coumo dins lei pinturo d'Ukiyo-e. En seguido d'un terro-tremo destrùssi uno vago negrasso derrabè tout e la flour d'amelié a passi dins lou pouioun nucleàri esvana de la centralo de Fukushima.

E lou printèms troupelen dins acò ? Pas tant chavira, pas tant boulegadis urousamen. La draio coustiero fuguè un pau boulegado pèr la largado mai lei soulet treboulamen qu'aven agu sus terro soun lei carrièro de la vièio vilo, trevirado i'a gaire, mai que presenton aro un pavamen nouvèu, lisc e counfourtable pèr lei pedoun. Es aro que lei boutigo fan soun "spring cleaning", chascun s'afisco pèr alesti la sesoun. Lou bèu jour dóu dilun de Pasco lou Capitàni de vilo sara nouma e lou Rampèu festejara soun 60en aniversàri.

Aven de chanço, nautre, avans leis calourasso d'estiéu, de pousqué prouficha tranquile un printèms de flour, de regreiamen, de respelido amistadouso.


Traduction

Qui n'a pas remarqué que le printemps montrait le bout de son nez ?

Mais cette année on ne parle guère d'un printemps de fleurs, de germination, d'amical renouveau. Nous serions plutôt dans un printemps de chamboulements, de perturbations. D'espoir pour certains, de cauchemar pour d'autres.

Il y a les printemps arabes pleins d'espérance : celui de Tunisie, pionnier, qui a fait chuter l'homme au pouvoir depuis presque un quart de siècle ; celui d'Egypte, en avance, où le peuple rassemblé sur la place Tahrir, brûlait en effigie son "raïs" au moment où les Provençaux, sur les places de leurs villages brûlaient "Caramentrant" pour fêter Carnaval messager du printemps ; celui de Libye où on a évité de peu le massacre ; celui de Syrie tout juste éclos au moment où nous écrivons ces lignes. Et j'en passe ...

Il y a le printemps japonais, hélas ! qui ne sera pas un printemps de fleurs de cerisiers, d'écume blanche comme dans les peintures d'Ukiyo-e. A la suite d'un tremblement de terre destructeur, une vague noire a tout emporté sur son passage et la fleur de cerisier a fané dans le poison nucléaire échappé de la centrale de Fukushima.

Et le printemps tropézien dans tout cela ? Pas aussi tourmenté, heureusement. Le sentier du littoral a bien été un peu secoué par les coups de vent d'est mais les seuls chamboulements que nous ayons eu sur la terre sont les rues de la vieille ville, en chantier il y a peu mais qui présentent désormais un revêtement tout neuf, lisse et confortable pour le piéton. C'est le moment pour les boutiques de faire leur "spring cleaning", chacun s'affaire pour préparer la saison. Lou lundi de Pâques on nommera le Capitaine de ville et le Rampèu fêtera son 60e anniversaire.

Nous avons la chance, nous, avant les chaleurs estivales de pouvoir profiter tranquilles d'un printemps de fleurs, de germination, d'amical renouveau.


(article paru dans le Saint-Tropez info n°12 - avril 2011)


 

Qu vous pas di que l'an 2011...

Qu vous pas di que l'an 2011 venié tout bèu just de creba l'uou ? Es encaro lou moumen de manda vouàstei vot e perqué mandarias pas de vot en prouvençau ? Acò sarié bessai ouriginau.

Alors poudès toujour escriéure la fourmulo counsacrado : "Bouano annado, bèn granado, bèn acoumpagnado", que sarié deja bèn. O preferi d'àutrei biais. N'en vaqui quàuqueis eisèmple. (Aquéstei fourmulo n'ai pesca quàuqueis uno à guiso d'oumenage uno dins un article d'Andriéu Bernard, prouvençalisto de trìo, defunta i'a gaire à Touloun que restè un tèms à Sant-Troupès e n'en gardè d'ami.) Umanisto : "Que l'an que vèn adugue à nouastre païs la pas, la prousperita e lou remèdi que garis de la foulié deis ome." Galo-bon-tèms : "Que Diéu vous doune pan blanc, bello santa e de bouànei dènt pèr aprouficha de la vido". Materialisto : "Que l'an que vèn vous adugue de dardeno plen lou boursoun e pèr recordo de mouloun." Esouteri : "Que la Prouvidènci vihe de countùnio sus vous e vous vire jamai l'esquino." Mistralò-counfourmisto : "Bouan an, tout l'an. Que Diéu nous fague la gràci de vèire l'an que vèn. E se sian pas mai, siguen pas mèns." Es de remarco de vèire que dins un siècle ounte la religien a laissa plaço à-n-un materialismo afouga, leis ome sèmpre si souveton lou meiour e queto que siegue la fourmulo, lei vot espremisson toujour ce que nous escapo : santa, fourtuno, amour, prousperita, sàbi iéu ... sènso estre segur d'óuteni coumplimen. Alors, pèr aquest'an voudriéu faire de vot que si coumplisson à la seguro : "Que lou municipe countunie d'oubra sènso relàmbi pèr lou bèn dei Troupelen, lei jouine e lei pas tant jouine e que l'an nouvèu nous doune lou plesi de si rescountra souvènt." Acò es segur !


Traduction

Vous a-t-on jamais dit que l'année 2011 venait juste d'éclore ? Il est encore temps d'envoyer vos voeux, et pourquoi ne pas envoyer des voeux en provençal. Ce serait peut-être original.

Alors, vous pouvez toujours écrire la formule consacrée (qu'il serait vain de traduire) : "Bouano annado, bèn granado, bèn acoumpagnado", ce serait déjà bien. Vous pouvez aussi préférer d'autres manières. En voici quelques exemples. (J'ai pris quelques unes de ces formules en guise d'hommage dans un article d'André Bernard, provençaliste éminent récemment disparu qui vécut un temps à Saint-Tropez et qui y a gardé des amis.) Humaniste : "Que l'année à venir apporte à notre pays la paix, la prospérité et le remède qui guérit de la folie des hommes." Jouisseur : "Que dieu vous donne pain blanc, belle santé et de bonnes dents pour profiter de la vie". Matérialiste : "Que l'année à venir vous apporte de l'argent à pleine bourse et des récoltes à profusion".  Esotérique : "Que la Providence veille sur vous sans cesse et ne vous tourne jamais le dos".  Mistralo-conformiste : "Bonne année, toute l'année. Que dieu nous fasse la grace de voir l'année à venir. Et si nous ne sommes pas plus, que nous ne soyons pas moins". Il est à noter que dans un siècle où la religion a laissé place à un matérialisme à tout crin, les hommes se souhaitent toujours les meilleures choses et quelle que soit la formule, les voeux expriment toujours ce qui nous échappe : santé, fortune, amour, prospérité, que sais-je ... sans être sûr d'obtenir un quelconque accomplissement. Alors pour cette année, je voudrais formuler des voeux dont on puisse être certain de l'accomplissement : "Que la municipalité countinue d'oeuvrer sans relâche pour le bien des Tropéziens, le jeunes et les moins jeunes, et que l'an nouveau nous donne le plaisir de nous rencontrer souvent". Ça, c'est sûr !

(article paru dans le Saint-Tropez info n°11 - janvier 2011)


Mistèri dóu siècle XXIen...

Qu vous a pas di que lou tèmo dei Mistèri dóu siècle XXIen  pèr aquest an èro "Que futur pèr deman?" An deja proun peno pèr nous dire se deman fara bèu tèms, alors qu pourra nous dire como van vira lei cauvo dins la pountanado 2100 ?

Quand regardas en arrié, proun d'eisèmple mostron que l'aveni a pas toujour rampli sei proumesso.

Dins sa poulido espousicien Lei port de Sant-Troupès, Patrimoine Tropézien recampavo lei proujèt qu'an fa chi sus nouastro coumuno. Ei Canebié : lou port grandaras dóu conse Martin de Rocobruno en 1893 que voulié recata la floto russo de Mieterrano, lou port artificiau de Gustàvi Maria qu'aurié embentuna touto la baio en 1931. E lou port deis Oulandés dins leis annado 1960 : 50 000m² de pountoun davans la plajo de l'Estagnet !

Plus proche nautre rapelas-vous lou plan Pouillon. E vous parlarai pas dóu tresen bassin !

Que d'estùdi, de plan, de castèu en Espagno, de comte de mèstre Arnaud, de sòu degaia, de paraulo escampado, de garouio entre lei "pèr" e lei "contro" ! Pamèns, tout ce que regarden aro coumo de divagaduro o de falabourdo presentavo dins soun tèms la semblanço d'un avenidou proubable vo segur, redouta pèr leis un, souveta pèr leis autre. 

Vaqui perqué lei sesiho dei Mistèri que venon proumeton d'estre apeteganto.

Lei counferencié respoundran pas ei questien que vous tafuron coumo : en 2100 auren-ti encaro un degout de petròli pèr lou Zippo® ? Es que leis eouliano curbiran lei pendis de la Ciéutadello ? Lei nanou-teinoulougío van-ti entra dins la receto de l'anchoiado ? Acò's pas'cò !

D'intervenènt de triho, (coumo Michèu Rocard) nous ajudaran à leva lou nas de dessus lei cauvo pèr nous faire entrevèire lou mounde de deman que deja pounchejo.



Traduction

Vous a-t-on jamais dit que le thème des Mystères du XXIe siècle de cette année était "Quels futurs pour demain" ? On a déjà beaucoup de mal à prévoir le temps qu'il fera, alors qui pourra nous dire ce qui se passera en 2100 ?

Lorsqu'on regarde en arrière, de nombreux exemples nous montrent que l'avenir n'a pas toujours tenu ses promesses.

Dans son exposition Les ports de Saint-Tropez, l'association Patrimoine Tropézien rappelait les projets non aboutis de notre commune. Aux Canebiers, le port gigantesque du maire Martin de Roquebrune en 1893 qui voulait abriter la flotte russe en Méditerranée, le port artificiel de Gustave Maria en 1931 qui aurait couvert de béton la baie tout entière. Et le port des Hollandais dans les années 1960 : 50 000m²  de pontons devant la plage de l'Estagnet !

Plus près de nous, souvenez-vous du plan Pouillon. Et je ne parlerai pas du troisième bassin !

Que d'études, de plans sur la comète, de comtes alambiqués, d'argent dépensé, de paroles envolées, de disputes entre les pour et les contre ! Pourtant, ce que nous considérons aujourd'hui comme des élucubrations revêtait en son temps le caractère d'un avenir probable ou certain, redouté par les uns, attendu par les autres.

C'est pourquoi les séances des prochains Mystères promettent d'être palpitantes.

Les conférenciers ne répondront pas aux question qui vous pressent comme : en 2100, aurons-nous encore une goutte de pétrole pour le Zippo® ? Est-ce que les éoliennes couvriront les pentes de la Citadelle ? Les nanotechnologies entreront-elles dans la recette de l'anchoïade ? Il n'est pas question de cela !

Des intervenants d'exception, (comme Michel Rocard) nous aideront à mettre les choses en perspective et à envisager le monde de demain qui déjà se profile.

(article paru dans le Saint-Tropez info n°10 - octobre 2010)




Un pessu de provençau... une pincée de provençal.

Qu vous a pas di que Sant-Troupès jamai fuguè un vilage ? De mai en mai s'emplego lou mot "vilage" pèr parla de nouastre endré. Acò's pas'cò. Mai alors coumo fau dire ?
La lèi ajudo gaire bord que la noucien de vilage li es pas precisado. Soulet lou terme de "coumuno" impausa pèr la Convention nationale lou 10 de brumàri de l'an II (31 d'óutobre de 1793) es óuficiau : "tóutei les denouminacien de vilo, bourg o vilage soun supremido, aquelo de coumuno li es sustituïdo".

Que dis lou diciounàri ? Lou Littré douno : "vilage, lue noun barra de muraio coumpausa principalamen d'oustau de païsan". Aquesto definicien pòu pas counveni à Sant-Troupès, estènt que de bàrri encenchon nouastro vièio vilo e que seis estajan soun pas de païsan.
En prenen lei cauvo de l'envers, uno vilo si pòu defini pèr un minimum de poupulacien, mai tout acò chanjo segoun lei païs : en Espagno la raro es de 10 000 estajan, au Danemarc 250 soulamen, eis Estat Uni 2500, en Franço fau mai de 2000 estajan amoulouna pèr pousqué parla de vilo. Segound aquesto marco enca'n còup, Sant-Troupès es pas un vilage.
Poudrien tambèn counsidera l'usage. Lei païsan dei Salin anant à Sant-Troupès an toujour di "vau en vilo" et pas "vau au vilage". Quouro parlen de la Pouncho dien "la vièio vilo" e pas "lou vièi vilage" coumo à Ramatuelo o Gassin.

Enfin, leis istourian parlon de Sant-Troupès coumo d'uno ciéuta emé seis istitucien propro e sei cònsou elegi pèr un an e que si chausisson un capitàni de vilo.
D'un autre cousta, acò vous lou dóuni, Sant-Troupès demouaro dins soun biais de viéure ... un vilage.
Adounc, diren que nouastro bouano vilo de Sant-Troupès, vièio ciéuta maritimo, a sachu garda l'èime d'un vilage. E moucò qui !


Traduction

Vous a-t-on jamais dit que Saint-Tropez n'a jamais été un village ? De plus en plus on emploie le mot "village" pour parler de chez nous. Cela ne convient pas. Mais alors comment faut-il dire ?
La loi n'apporte aucune aide car la notion de village n'y est pas précisée. Seul le terme de "commune" imposé par la Convention nationale lou 10 brumaire de l'an II (31 octobre 1793) est reconnu : "toutes les dénominations de ville, bourg ou village sont supprimées, celle de commune leur est substituée".

Que dit le dictionnaire ? Le Littré donne : "Village, lieu non fermé de murailles, composé principalement de maisons de paysans." Cette définition ne peut pas convenir pour Saint-Tropez car des remparts ceinturent notre vieille ville et que ses habitants ne sont pas des paysans.
En prenant les choses à l'envers, une ville peut se définir par une population minimum, mais cela change selon les pays : en Espagne le seuil est de 10 000 habitants, au Danemark 250 seulement, aux Etats Unis 2500, en France il faut plus de 2000 habitants agglomérés pour pouvoir parler de ville. Selon ce marqueur encore, Saint-Tropez n'est pas un village.
On pourrait aussi considérer l'usage. Les paysans des Salins allant à Saint-Tropez ont toujours dit : "je vais en ville" et pas "je vais au village". Quand on parle du quartier de la Ponche on dit "la vieille ville" et pas "le vieux village" comme à Ramatuelle ou à Gassin.

Enfin, les historiens parlent de Saint-Tropez comme d'une cité avec ses institutions propres, ses consuls nommés pour un an et qui se choisissent un capitaine de ville.
D'un autre côté, il est vrai que Saint-Tropez, dans son mode de vie demeure ... un village.
Nous dirons donc que notre bonne ville de Saint-Tropez, vieille cité maritime, a su garder une âme de village. Et voila tout.

(article paru dans le Saint-Tropez info n°9 - juillet 2010)


 

Desveloupamen durable ... en 1932 deja.


Qu vous a pas di que la vièio vilo èro entrin de muda. Carrièro bourroulado, destapado giganto pèr aclapa de bournelage nouvèu, de fibro óutico, de tuièu d'aducioun d'aigo, e un paramen nouvèu pèr ramplaça leis ancian Silifer. Silifer es uno marco de caladat agloumera fouasso emplega dins lei vilo à la debuto dóu siecle XXen. Paris, Marsiho ... e Sant-Troupès avien de carriero de Silifer.

La debuto de la carrièro Gambetta, davans l'oustau Pegurier n'es toujour cuberto. En 1932 la coumuno avié passa mercat emé "Les Travaux du Midi" pèr calada lei carrièro Allard, Courbièro, Gambetta, Sibille, Clemenceau, lou quèi Sant-Rafèu, la Crous de Ferre. Tout acò pèr la soumo de 696 436,40 Franc. L'obro si farié entre mai e juliet de 1933. Pèr lou conse, moussu Maria, aquest envestimen èro moutiva pèr mant'uno counsideracien. D'abord "lou trafi espés que counoueisson aquesteis artèri dins la sesoun estivalo", e puèi "la criso ecounoumico" de 1929 que picavo sus lou peïs. Vaqui perqué, lou conse avié demanda à l'entre-presso de douna de travai en priourita ei chaumaire troupelen. A la liberacien, quand leis Alemand faguèron peta lou port, lou caladat qu'èro alors pas tant vièi fuguè recupera pèr curbi la carrièro dei Bàrri, lou balouard d'Aumale, la carrièro Misericòrdi.

Fin finalo : de travai pèr leis entre-presso, d'emplé pèr lei caumaire, un reciéuclage de matèri. Pèr ce que toco à l'ecounoumi, au souciau e à l'envirounamen, s'acò's pas de desveloupamen durable ... E vous ai pas di que lou countrat de 1932 estipulavo que lou gausimen dóu caladat duourié pas estre superiour à 1mm pèr an, e 5mm à la fin de la cinquenco annado. Quand pensas que fa toutaro 80 an que li trepejan dessus ! 


Traduction

Vous a-t-on jamais dit que la vieille ville faisait peau neuve ? Rue chamboulées, tranchées pour enfouir de nouveaux réseaux d'égouts, de fibre optique, d'adduction d'eau, et un revêtement nouveau pour remplacer les anciens Silifer. Silifer est une marque de pavés agglomérés employés dans les villes au début du XXe siècle. Paris, Marseille ... et Saint-Tropez avaient des rues en Silifer. Le début de la rue Gambetta, devant la maison Pégurier est encore couvert de Silifer.

En 1932, la commune avait passé marché avec "Les Travaux du Midi" pour paver les rues Allard, Courbière, Gambetta, Sibille, Clemenceau, le quai St Raphaël, la Croix de Fer. Tout cela pour la somme de 696 436,40 Francs. Les travaux se feraient entre mai et juillet 1933. Pour le maire, monsieur Maria, cet investissement était motivé par plusieurs considérations. D'abord, "la circulation intense dont ces artères font l'objet dans la saison estivale", et puis "la crise économique" de 1929 qui sévissait dans notre pays. C'est pourquoi le maire avait demandé à l'entreprise de donner du travail en priorité aux chômeurs tropéziens. A la libération, quand les Allemands firent sauter le port, les pavés qui n'étaient pas si vieux furent récupérés pour couvrir la rue des Remparts, le boulevard d'Aumale, la rue Miséricorde.

En fin de compte : du travail pour les entreprises, de l'emploi pour les chômeurs, du recyclage de matériau. En ce qui concerne l'économie, le social, et l'environnement, si ce n'est pas du développement durable ... Et je ne vous ai pas dit que le contrat de 1932 stipulait que l'usure du pavé ne devrait pas être supérieure à 1mm par an et à 5mm à la fin de la cinquième année. Cela fait presque 80 ans qu'on y marche dessus.

(article paru dans le Saint-Tropez info n°8 - avril 2010)




Qu vous a pas di qu'en ivèr fasié frei ? A Sant-Troupès peréu. 


Lou 10 de janvié dins uno Prouvènço enmantelado de blanc, la nèu aujè mume larga quatre peluc sus nouàstrei tóulisso, pas de que faire de boulo de nèu o de barome mai quand mume ...

Coumo chasco annado, l'ivèr venguè óuficialamen lou 21 de desèmbre, mai tre lou 19, lou jour de l'espetacle "L'arche de glace" sus la pisto de patinage lou mistrau boufavo, un vènt jala à vous coupa en dous e à vous faire canta lei dènt que descourajè pamens pas leis regardaire noumbrous que patissien, pecaire, pèr lei pàurei patinairello en jòli que resquihavon, que viravon e que sautavon bravamen sus uno glaço, anàvi dire ... gelado. L'endeman, la fouant dei Lisso avié lei candelo, qu'acò's mai que rare !

Acò èro lou bèu jour que s'acabavo la counferènci de Coupenago sus lou rescaufamen climati, (ounte si saup que nouàstrei gouvernaire an tout fa pèr pas rèn decidi ) e lei Troupelen que si grumelavon de la fre voulien plus crèire à-n-aqueste rescaufamen, e mai d'un si demandavo : "Es qu'assajarien pas de nous faire pita l'esco ém'aquel afaire de bouroulamen climati ?"

Que nàni ! Fau pas counfoundre la meteò e lou climat. La proumiéro trato dei releva de temperaturo subitan alors que lou climat s'analiso dins la durado. Hervé Le Treut, climatoulogue, direitour de l'Istitut Pierre-Simon-Laplace rapelo uno evidènci : "Es nourmau que fague frei en ivèr. Un climat mai caud, acò vóu dire que lei seguènci de calour saran mai frequènto mai li aura toujour de fre." E, acò sèmblo pas de crèire, un climat mai caudet e mai umidous pourrié adurre mai de toumba de nèu.

Fin finalo n'en revenen au prouvèrbi bèn couneissu : "Gros estiéu, gros ivèr".


Traduction

Vous a-t-on jamais dit qu'en hiver il faisait froid ? A Saint-Tropez aussi.
Le 10 janvier, dans une Provence recouverte d'un manteau blanc, la neige a même osé larguer quelques petits flocons sur nos toitures, pas de quoi faire des boules ou des bonshommes de neige, mais quand même ...

Comme chaque année, l'hiver est arrivé officiellement le 21 décembre, mais dès le 19, le jour du spectacle "L'arche de glace" sur la patinoire le mistral soufflait, un vent glacial à vous couper en deux et à vous faire claquer des dents mais qui n'avait pourtant pas découragé les nombreux spectateurs qui souffraient pour les pauvres patineuses en tenues légères qui glissaient, touraient et sautaient courageusement sur une glace, j'allais dire ... gelée. Le lendemain, la fontaine des Lices avait des stalactites, c'est plus que rare !

C'était le jour même de la fin de la conférence de Copenhague sur le réchauffement climatique (où l'on sait que nos gouvernants se sont empressés de ne rien décider) et les Tropéziens congelés ne voulaient plus croire à ce réchauffement et plus d'un se demandait : "Est-ce qu'on ne serait pas en train de nous faire marcher avec cette histoire de changement de climat ?"

Que non ! Il ne faut pas confondre la météo et le climat. La première traite des relevés de températures instantanés tandis que le climat s'analyse dans la durée. Hervé Le Treut climatologue, directeur de l'Istitut Pierre-Simon-Laplace rappelle une évidence : "Il est normal qu'il fasse froid en hiver. Un climat plus chaud, cela veut dire que les séqnences de chaleur seront plus fréquentes mais il y aura toujours du froid." Et, paradoxalement, il est possible qu'un climat plus chaud et plus humide entraîne plus de chutes de neige.

Finalement on en revient au proverbe provençal bein connu : "Gros été, gros hiver".

(article paru dans le Saint-Tropez info n°7 - février 2010)


 



Qu vous a pas di que Sant-Troupès avié soun panèu d’entrado de vilo en prouvençau ?


Coumo en Bretagno, en Corso, coumo pertout en Prouvènço, aro si pòu legi lou noum de nouastro vilo dins la lengo de l’endré. Aurés aussi remarca que de noum de carrièro soun esta escri en prouvençau : Carrièro de la Pouncho, Carrièro souto la Glèio, Carrièro dei Bàrri, d’àutrei vendran puei. Mai de que serve tout acò, mi dirés ?

Proumié, rapelas-vous que dins l’istòri de nouastro vilo, despuei 1470, s’es mai di Sant-Troupès que Saint-Tropez, bord que la lengo que si parlavo aqui, jusqu’à la debuto dóu siècle XXen èro majouralamen lou prouvençau. E puei, la revisien coustituciounalo dóu 23 de juliet 2008 recounoueisse que « les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France » (en francés dins lou tèste). Tout patrimòni s’amerito d’estre entretengu, vaqui perqué es pas marrit de douna à veire un pau de prouvençau pèr carrièro. Enfin, la toupounimío loucalo si pòu pas coumprèndre, de còup que li a, sènso passa pèr lou prouvençau.

L’autre jour quaucun demandavo se falié escriéure Canebiers o Cannebiers, vo se falié mume dire Canoubiers. La respouanso passo pèr lou prouvençau. Aquéu mot es la trascripcien de canebié qu’acò es un endré planta de canebe (chanvre), rèn à vèire emé lei cano que li creisson.Vaqui perqué en francés fau dire les Canebiers. Se lou noum fuguesse esta revira anarien si bagna à la Plage des Chenevrières. Aquéu de còup! Mai pèr tout ce que toco à la reviraduro mèfi de pas faire coumo aquéu que meteguè en francés Chemin des amoureux à-n-un camin qu’èro pas mai que lou Camin deis amourié, (des mûriers). Mai pèr la trobo d’aquéu noum poulidet lou voulen bèn perdouna.

Traduction

Vous a-t-on jamais dit que Saint-Tropez avait son panneau d'entrée de ville en provençal ?

Comme en Bretagne, comme en Corse, comme partout en Provence, on peut désormais lire le nom de notre ville dans la langue du lieu. Vous aurez aussi remarqué que certains noms de rue ont été écrits en provençal : Carrièro de la Pouncho, Carrièro souto la Glèio, Carrièro dei Bàrri, d'autres suivront. Mais à quoi cela sert-il, me direz-vous ?

D'abord, il ne faut pas oublier que dans l'histoire de notre ville, depuis 1470, on a plus dit Sant-Troupès que Saint-Tropez, car la langue vernaculaire jusqu'au début du XXe siècle était majoritairement le provençal. De plus, la révision constitutionnelle de juillet 2008 reconnaît que "les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France." Tout patrimoine mérite d'être entretenu, c'est pourquoi il n'est pas mauvais de donner à voir un peu de provençal dans nos rues. Enfin, la toponymie locale ne peut pas se comprendre, parfois, sans avoir recours au provençal.

L'autre jour quelqu'un demandait s'il fallait écrire Canebiers ou Cannebiers, ou même s'il fallait dire Canoubiers. La réponse passe par le provençal. Ce mot est la transcription de canebe, plantation de chanvre, rien à voir avec les cannes qui y poussent. C'est pourquoi il faut dire en français Canebiers. Si le nom avait été traduit en français, nous irions nous baigner à la plage des Chenevrières. Mais en matière de traduction il faut être vigilant et ne pas faire comme celui qui a baptisé en français Chemin des amoureux, un chemin qui n'était que celui des mûriers (Camin deis amourié). Cependant, pour une si jolie trouvaille nous voulons bien le pardonner.

(article paru dans le Saint-Tropez info n°6 - octobre 2009)


 

Qu vous a pas di que Sant-Troupès es un païs de marin ?


Sa situacien : arrapa au countinènt coumo uno piado à-n-un roucas ; lei noum de seis endré: Santo Ano, Sant Pèire, prouteitour dei marin ; sei glòri naciounalo: parlarai que dóu "Baile Suffren que sus mar coumando" ; sa tradicien majo: la Bravado, que l'elemen marin n'es un dei pivèu; e mume soun sant patroun: martire crestian que dins un barquet vanegadis pourta pèr lou courrènt ligure venguè s'encala sus uno plajo d'Eraclea ; basto, sa culturo: tout aqui vous parlo de la mar, dei batèu e dei marin.

Vaqui perqué d'evenimen coumo lei Velo de Sant-Troupès, la Giraglia Rolex Cup, e tóut'aquelei regato qu'empuron tout l'an de niado de batèu sus la mar nouastro an trouba aqui soun cèntre.

Mai ço que m'agrado lou mai es lei Velo Latino de Sant-Troupès. Lou tèms d'uno dimenchado lou port e lou gou tout entié peton de rouge de vert, de jaune et lei pounchu, barco plato à l'acoustumado aubouron fieramen soun mast de la velo dei tres poun. Mourre-de-pouarc, barco catalano, felouco maugrabino, beto marsiheso s'escoumeton dins de regato ounte la perfourmanço es deja de s'ajouca, de s'afoura sèns'auvàri, d'oursa ; basto de prouficha lou mies poussible dóu vènt e d'ana à bèllei velo gounflo.

Sus lou quèi lei idiome latin dei marin si mesclon : catalan, ginouvès, frioulan, venician. E lou prouvençau dins acò? Es rèn de dire que si fa discrèt. A dispareissu? Jamai de la vido! Sus vouastre pouchu, se sabès que lou capien es davans, l'arjau darnié e lei rèm à l'escaume, parlas un pau prouvençau. Mai aquéu que parlo d'étrave, de safran, d'aviron e de dame de nage, s'amerito pas d'embarca. Nànni! galègi! mai pas tant qu'acò ...



Traduction

Vous a-t-on jamais dit que Saint-Tropez est un pays de marins ?
Sa situation: accroché au continent comme un bernard-l'hermite à un rocher ; sa toponymie: Saint Anne, Saint Pierre, protecteurs des marins ; ses gloires nationales: je ne citerai que le Bailli de Suffren ; sa tradition majeure: la bravade dont le fait marin est un des éléments constituants ; et même son saint patron : martyre chrétien qui vint s'échouer dans une barque jetée au gré des flot sur une plage d'Héracléa ; bref, sa culture: tout ici vous parle de la mer, des bateaux, des marins.

C'est pourquoi des événements comme les Voiles de Saint-Tropez, la Giraglia Rolex Cup, et toutes les régates qui jettent toute l'année des nuées de bateaux sur notre mer ont trouvé ici un lieu de prédilection.

Mais celui que je préfère c'est les voiles Latines de Saint-Tropez. Le temps d'un week-end le port et le golfe tout entier éclatent de rouge, de vert et de jaune et les pointus, barques plates à l'accoutumée, dressent fièrement leur mât à voile triangulaire. Mourre-de-pouarc, barques catalanes, felouques maghrébines, bettes marseillaises, se défient dans des régates où la performance réside déjà dans le fait d'appareiller, de sortir du port sans problème, d'aller au lof, bref, de profiter au mieux du vent et d'aller à pleines voiles.

Sur le quai se mêlent les idiomes latins des marins : catalan, génois, frioulan, vénitien. Et le provençal dans tout cela ? A-t-il disparu ? Jamais de la vie ! Sur votre pointu, si vous savez que le capien est à l'avant, l'arjau à l'arrière, et les rèm à l'escaume, vous parlez un peu provençal. En revanche, celui qui parle d'étrave, de safran, d'aviron et de dame de nage, ne mérite pas d'embarquer. Non ! Je rigole ! mais pas tant que cela ...

(article paru dans le Saint-Tropez info n°5 - juillet 2009)