Actualité

Archives
<mai 2017>
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
24252627282930
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Mensuel
mai 2017 (1)
avril 2017 (10)
mars 2017 (1)
février 2017 (3)
janvier 2017 (1)
décembre 2016 (2)
novembre 2016 (2)
octobre 2016 (4)
septembre 2016 (4)
août 2016 (5)
juillet 2016 (6)
juin 2016 (7)
mai 2016 (3)
avril 2016 (7)
mars 2016 (2)
février 2016 (1)
janvier 2016 (1)
décembre 2015 (3)
novembre 2015 (6)
octobre 2015 (8)
septembre 2015 (4)
août 2015 (7)
juillet 2015 (10)
juin 2015 (7)
mai 2015 (11)
avril 2015 (10)
mars 2015 (1)
février 2015 (3)
janvier 2015 (3)
décembre 2014 (3)
novembre 2014 (1)
octobre 2014 (4)
septembre 2014 (2)
août 2014 (6)
juillet 2014 (8)
juin 2014 (9)
mai 2014 (13)
avril 2014 (7)
mars 2014 (3)
février 2014 (5)
janvier 2014 (3)
décembre 2013 (8)
novembre 2013 (3)
octobre 2013 (9)
septembre 2013 (3)
août 2013 (7)
juillet 2013 (12)
juin 2013 (13)
mai 2013 (11)
avril 2013 (12)
mars 2013 (5)
février 2013 (6)
janvier 2013 (4)
décembre 2012 (9)
octobre 2012 (10)
septembre 2012 (8)
août 2012 (6)
juillet 2012 (11)
juin 2012 (10)
mai 2012 (8)
avril 2012 (9)
mars 2012 (8)
février 2012 (3)
janvier 2012 (7)
décembre 2011 (12)
novembre 2011 (7)
octobre 2011 (8)
septembre 2011 (8)
août 2011 (7)
juillet 2011 (11)
juin 2011 (17)
mai 2011 (7)
avril 2011 (16)
mars 2011 (8)
février 2011 (4)
janvier 2011 (3)
décembre 2010 (14)
novembre 2010 (9)
octobre 2010 (10)
septembre 2010 (7)
août 2010 (7)
juillet 2010 (10)
juin 2010 (13)
mai 2010 (11)
avril 2010 (12)
mars 2010 (11)
février 2010 (5)
janvier 2010 (6)
décembre 2009 (18)
novembre 2009 (4)
octobre 2009 (13)
septembre 2009 (13)
août 2009 (3)
juillet 2009 (4)
juin 2009 (1)
févr. 20

Rédigé par web
20/02/2017  RssIcon

Lundi 20 février, le buste du tropézien Louis Langomazino, offert par la ville de Saint-Tropez, a été inauguré à Papeete en présence du maire Jean-Pierre Tuveri invité par les autorités locales.

Il y a deux ans, suite aux liens développés avec Tahiti  par la Société nautique, le port et la mairie de Saint-Tropez, à travers deux manifestations nautiques, les Voiles de Saint-Tropez et la Tahiti  Pearl Regata (TPR), la mairie de Saint-Tropez  a offert à la ville de Papeete, un buste de Louis Langomazino. Ce natif de Saint-Tropez  a, en effet, connu au cours de la seconde moitié du XIXème siècle un destin hors du commun qui l’a mené de la Provence aux Iles Marquises, avant qu’il ne s’établisse à Tahiti où il devint une personnalité respectée. Son fils  Hegesippe fut le deuxième maire de Tahiti en 1902 – 1903.
La municipalité de Papeete souhaitait que l’inauguration officielle de ce buste ait lieu en présence du maire de Saint-Tropez. Une invitation a donc été adressée à Jean Pierre TUVERI qui y a répondu avec plaisir.
Grâce au soutien de Tahiti tourisme, du port de Papeete et d’Air  Tahiti Nui, l’association Raiatea Regata a offert les billets d’avion et pris en charge le séjour durant deux jours à Papeete et deux jours à Moorea. Le maire a personnellement  financé tous les autres frais de séjour  engagés à titre privé en Polynésie. Pour répondre à la curiosité de certains et éviter toutes questions inutiles, le maire précise que cette mission n’a  donc  rien coûté à la ville de Saint-Tropez, sauf un billet d’avion aller-retour Nice/Paris.

La partie officielle du séjour est intervenue le lundi 20 février à 16h (date et heure locales).
Elle a débuté par une visite, dès 8h45 du matin, du marché de Papeete, un véritable lieu magique, regorgeant de toutes sortes de légumes exotiques, de poissons, de chapeaux tressés de pandanus, de colliers multicolores, de parfums, etc.
Cette visite s’est déroulée en présence notamment de Madame Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer, de passage en Polynésie, du président de la Polynésie Française, Monsieur Edouard Fritch, du sous-préfet hors classe Monsieur Raymond Yeddou, chef des subdivisions administratives des Iles du Vent et des Iles Sous-le-Vent, de Madame Nicole Bouteau, ministre du gouvernement de la Polynésie , du Maire de Papeete, Monsieur Michel Buillard, aussi membre de l’assemblée de la Polynésie, accompagné d’un certain nombre de ses élus.
Après le départ de la ministre des Outre-mer appelée par d’autres obligations, la directrice des archives de la mairie de Papeete et l’adjointe au tourisme Madame Hinatea Tama Georges ont organisé un périple rapide comprenant des visites de la cathédrale Notre Dame de Papeete, d’une exposition artisanale, de l’assemblée de Polynésie et de sa salle des commissions, du jardin de l’ancien palais de la reine Pomaré IV, du Monument aux morts , d’une église anglicane et du Musée de la perle.
La société polynésienne des Eaux nous a ensuite fait visiter des sites de captages, de stockage et de potabilisation d’eau, ainsi que la toute récente station d’épuration, innovante et performante, entrée en service en septembre 2016.
Cette visite a permis de procéder à un échange intéressant sur les divers problèmes rencontrés lors de la phase initiale de réglage de la station, problèmes fort semblables à ceux rencontrés lors de la mise en service de notre propre station d’épuration de la Citadelle.

L’après-midi a été consacrée à la cérémonie d’inauguration officielle du buste de Louis Langomazino à la mairie de Papeete. Après l’accueil par une troupe de danseurs et de danseuses polynésiens, quatre discours furent prononcés par Madame Stéphanie Betz, cogérante associée de la société Archipelagos spécialisée dans le développement du tourisme et de l’économie maritime dans le pacifique sud, le maire de Saint-Tropez Jean Pierre Tuveri, le maire de Papeete Michel Buillard et le sous-préfet Raymond Yeddou.

Il fut ensuite procédé au dévoilement du buste de Louis Langomazino en présence aussi de la ministre du tourisme Madame Nicole Bouteau, de plusieurs adjoints de la municipalité , de Monsieur Georges Puchon directeur du port autonome de Papeete, et de son adjointe Madame Christiane Chaine, de Madame Hinatea Tama Georges, adjointe entre autres responsable du tourisme à la ville de Papeete, de Madame Violetta Amaru Paradot, organisatrice de la Tahiti Pearl Regata, et de Monsieur Guillaume Gestin, skipper du voilier Arearea qui a couru aux Voiles de Saint-Tropez, ainsi que de deux descendants de Louis Langomazino accompagnés de leurs familles. Cette cérémonie a été suivie d’une remise de cadeaux et s’est terminée par des danses traditionnelles polynésiennes. Une visite de la mairie, reproduction d’une dimension beaucoup plus importante de l’ancien palais de la reine Pomaré IV a ensuite eu lieu, Jean Pierre Tuveri ayant signé le livre d’or dans le bureau du Maire. Un dîner offert par le Maire de Papeete a clos cette partie officielle du séjour.


Le Maire de Saint-Tropez, Jean-Pierre Tuveri, tient à remercier la Maire de Papeete, ainsi que tous ceux qui ont participé au déroulement de ce séjour à Tahiti, pour l’accueil extrêmement chaleureux, généreux et convivial qui lui a été réservé ainsi qu’à Madame Cécilia Norick. Cette visite a contribué à resserrer les liens établis entre Tahiti et Saint-Tropez, par le biais de la mer et de la voile.
Extraits du discours de Jean Pierre Tuveri
Après avoir rappelé l’histoire d’un certain nombre de Tropéziens qui depuis la première moitié du XIXème  siècle firent escale en terre polynésienne et pour certains y vécurent plusieurs années et même s’y installèrent définitivement, Jean-Pierre Tuveri  retraça  dans son discours le destin exceptionnel d Louis Langomazino en ces termes :
« Venons-en maintenant à Louis Langomazino car c’est bien lui qui nous rassemble aujourd’hui autour de son buste. Vous remarquerez que je vais changer le temps de la narration abandonnant le passé simple ou l’imparfait pour passer au présent de narration, pour bien marquer que Louis Langomazino est en effet, en ce moment, bien présent parmi nous. Ce Tropézien au destin exceptionnel a en effet marqué l’histoire de la Polynésie. Né à Saint-Tropez le 11 septembre 1820, il débute sa carrière comme ouvrier à l’arsenal de Toulon. Syndicaliste, il adhère à la Société d’union et d’encouragement qui unit les ouvriers, et y joue un rôle actif. Il y invite notamment Flora Tristan, femme de lettres, figure majeure du débat social dans les années 1840 et qui participa aux premiers pas de l’internationalisme. Flora Tristan est enthousiasmée par sa visite à Toulon à l’été 1844, mais elle mourut malheureusement quelques mois après. 
Langomazino part ensuite pour Marseille où il milite, accueille Lamartine, créé une bibliothèque et publie des poèmes. Il est naturellement actif durant la Révolution de 1848 et ne pouvait que se retrouver opposant à Louis Napoléon Bonaparte. Le 25 octobre 1850, il est arrêté et jugé l’année suivante. Condamné, il est déporté avec sa famille sur l’île de Nuku Hiva aux îles Marquises où il travaille comme forgeron au pénitencier. Sa condamnation est commuée le 23 juin 1853 en bannissement. Il est autorisé à résider provisoirement à Tahiti. Il s’y installe définitivement et devient défenseur au tribunal de Papeete. Il occupe ensuite le poste de juge impérial et rédige la codification des actes du gouvernement. Il est également directeur de l’imprimerie gouvernementale, juge d’instruction de 1864 à 1870 et avocat de 1870 à 1885, date de sa mort. En somme, Louis Langomazino peut être considéré comme l’une des personnalités remarquables de Tahiti au XIXe siècle. 
Je voudrais terminer par une anecdote. Louis Langomazino eut un fils prénommé Hegesippe qui fut avocat, président de la Chambre de commerce, membre de la commission coloniale permanente et deuxième maire de Papeete de 1902 à 1903. C’est lui qui, en 1891, accueillit Paul Gauguin à Tahiti. La famille de ce dernier en contact avec la famille Langomazino demanda au fils de Louis de bien vouloir s’occuper de Paul Gauguin qui traversait des moments de dépression. Les familles Gauguin et Langomazino se connaissaient car Paul Gauguin n’était autre que le petit-fils de Flora Tristan dont je vous ai parlé.
Durant trop longtemps, les Tropéziens ont malheureusement oublié le nom de Louis Langomazino. Et à notre connaissance, il n’existe qu’une mauvaise photographie de cet homme exemplaire. Aussi, la Ville de Saint-Tropez a décidé de faire réaliser par le sculpteur Michel Mourier son buste à partir de la seule photographie que nous connaissons de lui à Saint-Tropez. Ce buste est actuellement exposé au musée d’histoire maritime de la citadelle de Saint-Tropez. Le second est ici, c’est lui qui nous rassemble. Ces deux bustes deviennent ainsi la marque visible de cette histoire invisible qu’il nous incombe de faire aujourd’hui ressurgir et qui unit encore un peu plus nos territoires respectifs. 
Depuis 2009, en effet, des liens entre Saint-Tropez et Tahiti se sont noués à travers le partenariat entre la Tahiti Pearl Regatta et la Société nautique de Saint-Tropez. Chaque année, la présence tahitienne aux Voiles de Saint-Tropez est fortement appréciée tout comme le partenariat signé entre nos deux ports. 
La Tahiti Pearl Regatta (TPR) est la plus importante régate du pacifique polynésien, elle est un savant équilibre entre régate sportive et esprit festif, qui a su séduire les Tropéziens. Ainsi depuis maintenant sept ans, des échanges d’équipages ont lieu chaque année entre Tahiti et Saint-Tropez.
C’est donc par le biais de la mer et de la voile que Tahiti et Saint-Tropez ont renoué des liens, qui prennent encore une nouvelle dimension aujourd’hui, plus d’un siècle et demi après l’arrivée sur votre île d’un Tropézien déporté aux Marquises. »


Partager ce retour en images