La signalétique

Rappel de la réglementation concernant la signalisation à terre ou en mer

Le matériel de signalisation utilisé sur les plages et lieux de baignade, situés ou non en bord de mer, est constitué par :

  • Un ou plusieurs mâts pour signaux, placés bien en évidence, de couleur blanche, d'une hauteur variable suivant l'étendue de la plage ou du lieu de la baignade, mais de 10 mètres au minimum
  • Des signaux à hisser sur ce mât. Ces drapeaux sont en forme de triangle isocèle, de longueur de base de 1,5 mètres, qui ne doivent porter aucun symbole ou inscription. En l'absence de pavillon en haut du mât, le public se baigne à ses risques et périls :
  • des panneaux avec figurines indiquant très clairement la signification des signaux visées ci-dessus ainsi que l'emplacement des engins de sauvetage et du poste de secours. Il sont apposés sur le mât à signaux à 1.60 mètre du sol et en divers points de la plage ou du lieu de baignade.
    Il peut être conseillé de faire porter sur ces affiches les indications en langue étrangères précisant le sens de cette signalisation.

Précisions sur les conditions d'emploi de ces signaux

  • Le drapeau rouge
    Il est à hisser afin d'interdire la baignade (orage, vent violents, vagues…). Devant des irréductibles baigneurs, le sauveteur devra faire appel à la police ou au maire pour régler le problème.
    Il peut être éventuellement employé en dehors des heures de surveillance : si entre 12 heures et 14 heures le sauveteur chargé de la surveillance est absent, le drapeau rouge peut resté hissé en haut du mât si la baignade est à interdire en raison du danger.
  • Le drapeau jaune orangé
    Il est à hisser pendant les heures de surveillance effective lorsque les baigneurs doivent ²observer la plus grande prudence, sans que toutefois l’interdiction de la baignade soit nécessaire.
    Cette flamme est parfois jaune ou orange. Avec une préférence pour le jaune, permettant de bien là différencier du rouge.
  • Le drapeau vert
    Il est utilisé quand les conditions suivantes sont remplies :
    une surveillance effective est exercée (nombres suffisant de sauveteurs à poste) ;
    la baignade peut être considérée comme ne représentant pas de danger particulier (mer calme).

Panneaux d’affichage

Un tableau d'affichage est installé sur la face la plus visible du poste. Le chef de poste y porte les renseignements utiles aux baigneurs : A chaque vacation

  • la date ;
  • la température de l'air et de l'eau ( à l'ouverture du poste) ;
  • le cas échéant, les heures et coefficients des marées ;
  • les prévisions météorologiques sur 24 heures ;
  • les avis de coups de vent ou de tempête ;
  • les dangers particuliers locaux.

De façon permanente

  • un plan de la plage ou du plan d'eau avec la localisation du poste de secours ;
  • l'arrêté municipal relatif à la police de la plage ou de la baignade ;
  • les extraits du règlement concernant les baignades, les embarcations à moteur, l'équipement des bateaux, la pêche, la pêche sous marine ;
  • les conseils de prudence ;
  • le plan général de la plage.

Délimitations et balisage des zones de baignade et des chenaux
Pour assurer la sécurité des usagers, et notamment des baigneurs, sont créées différentes sortes de zone et de chenaux, par arrêtés conjoints du maire et du préfet maritime.
 
Zones de baignade
Des zones de baignade surveillée, avec un poste de secours et son personnel peuvent être installées.

Elles sont déterminées par arrêté municipal. La largeur de ces zones est fonction de la configuration des lieux ainsi que du nombre de surveillants disponibles.
Les limites de ces zones de baignade surveillée sont matérialisées :

côté terre, en largeur ;

- par des panneaux fixes blancs, avec des inscriptions en bleu foncé pour les mers à fond stable (Méditerranée), implantés à demeure, et portant l'inscription  "limite de baignade surveillée" ;
- et/ou par des piquets mobiles équipés de petites flammes bleues ;
- et/ou par des fanions supportés par des flotteurs dans le cas de fonds sous-marins instables (plages soumises aux marées) ;

côté eau, vers le large ;
Par des bouées de couleur jaune à 300 mètres du bord de la plage (en mer à marée, se référer à la notion légale des 300 mètres de la limite momentanée des eaux est impossible), correspondant à celles qui délimitent la bande littorale de protection citée ci-dessus, mais ces bouées sont plus rapprochées dans cette zone de baignade surveillée.