Les zones des 300 mètres sont des zones de protection, qui correspondent à une bande littorale de 300 mètres de largeur dans laquelle la vitesse est limitée à 5 nœuds.

Le balisage de la bordure extérieure de cette bande littorale est assuré par des bouées sphériques jaunes de 0,80 à 1 mètre de diamètre (correspondant aux "marques spéciales" du balisage maritime), mouillées à 200 mètres environ les unes des autres.

Les chenaux

Des chenaux traversiers (en général de 25 mètres de largeur), interdits aux baigneurs, peuvent être établis, pour permettre à des activités nautiques pratiquées au-delà de la bande des 300 mètres, telles que le motonautisme, le ski nautique, la planche à voile, ou le parachutisme ascensionnel, d'accéder au rivage. Les limites du chenal traversier sont matérialisées par des bouées jaunes, cylindriques à bâbord et coniques à tribord en venant du large, mouillées de plus en plus prés les unes des autres à mesure que l'on se rapproche du rivage ; les deux bouées d'entrée du chenal sont de dimensions supérieures à celles des bouées suivantes.

Bouées

zone de bain ; babord et tribord du chenal.

Des panneaux implantés à terre complètent le balisage flottant.

Le balisage des chenaux et appontements, fixé par arrêté du préfet maritime à la demande des maires, réservés aux navires à voile ou à moteur à l'intérieur de la bande côtière, fait partie de l'équipement préventif dont les maires sont responsables.

Balisage des points dangereux

Plus de sécurité, les endroits dangereux,  courants, et autres, peuvent être utilement indiqués à terre par des panneaux.