« S’il y avait une devise à  notre festival, elle se résumerait en une aptitude volontaire, à  vous étonner chaque année davantage » écrivait Jean-Philippe Audoli, directeur du festival, dont la Ville est le principal partenaire. Promesse tenue avec en ouverture un hommage à  Franz Liszt, dont sa fille Blandine vécut au Château de la Moutte, animé par la voix du musicologue Nicolas Dufetel et le jeu subtil du pianiste et comédien Pascal Amoyel. Suivit un spectaculaire concert entre musiques baroques et balkaniques avec le Geneva Camerata, sous la baguette de son chef David Greilsammer et le clarinettiste Gilad Harel. Moments plus intimes avec le « Piano romantique» d’Alexandre Tharaud et la « Nuit du fado » de Cristina Branco. Et que dire de la soirée de gala avec des artistes tels que Maria Joà£o Pires et Augustin Dumay… Le sixième concert marqua la fin de cette édition avec un très réussi « Héroà¯nes d’Opéra ». Seul regret, devoir attendre une année pour revivre ces magnifiques moments au château de la Moutte, après une 41e édition particulièrement réussie.

Image 2 - Les nuits du Château de la Moutte

Image 3 - Les nuits du Château de la Moutte

Image 4 - Les nuits du Château de la Moutte

Image 5 - Les nuits du Château de la Moutte

Image 6 - Les nuits du Château de la Moutte

Image 7 - Les nuits du Château de la Moutte

Image 8 - Les nuits du Château de la Moutte

Image 9 - Les nuits du Château de la Moutte

Image 10 - Les nuits du Château de la Moutte

Image 11 - Les nuits du Château de la Moutte

Image 12 - Les nuits du Château de la Moutte