Le samedi 4 juillet 2015 le maire a inauguré après travaux les places du Portalet et le quai de la Pesquière. Etaient présentes pour cet événement les personnalités marquantes de la ville telles que le Cépoun, le capitaine de ville, le curé et les habitants du quartier venus nombreux.

En chiffres

Inauguré le 4 juillet 2015
Coût : 325 000 € pour la place du Portalet et 690 000 € pour le quai de la Pesquière

Le maire a tenu à préciser que s’il intervenait “exceptionnellement ce soir dans le cadre de la Fête de la Saint-Pierre et des Pêcheurs, c’est pour vous présenter le résultat des travaux de rénovation sur deux sites, particulièrement emblématiques de notre commune, qui se trouvent sur le parcours du défilé.
Le premier, dans le prolongement du môle Jean-Réveille, c’est la place du Portalet, au pied de la tour du même nom, qui fut aussi appelé la tour du Roy. A une époque où le vieux port n’était pas encore construit, elle formait juste au-dessus de la jetée qui préfigurait le môle Jean-Réveille, le « coin » le plus à l’ouest du quadrilatère historique qui constituait alors le petit village de Saint-Tropez. Aujourd’hui, c’est un lieu très fréquenté, au croisement du sentier du littoral et de la promenade que nous avons aménagée en 2010 derrière le môle. Victime de son succès et de sa fréquentation, nous avons dû rénover cette place au premier trimestre avec notamment un nouveau dallage en pierres calcaires pour un montant de 325 000 euros. 

Le second site emblématique qui a fait l’objet de travaux de rénovation, c’est la Pesquière sur laquelle nous nous trouvons présentement, au cœur du quartier de la Ponche. Durant des siècles après la renaissance de Saint-Tropez au XVe siècle, ce grand quai rectangulaire, dont les trois côtés donnent sur la mer, servait à l’amarrage des pointus , au débarquement du poisson et au séchage des filets, sous l’œil des femmes de pêcheurs qui, assises sur deux chaises disposées face à face, emmitouflées dans un châle et couvertes d’un large chapeau de paille, remaillaient les filets un peu plus haut, sur la place du Revellin. La Pesquière était alors le port de pêche de la ville.

Avec le temps et le développement des tartanes, goélettes, bricks et autres brigantins, puis des grands voiliers, le port de la Pesquière, handicapé par sa très faible profondeur, est quelque peu tombé en désuétude au profit de ce que nous appelons aujourd’hui le « vieux port » et qui permit l’avènement de l’activité commerciale de Saint-Tropez, 3e port de commerce en Méditerranée au XVIIIe siècle après Marseille et La Ciotat.

Ce site a lui aussi bénéficié d’une nouvelle dalle ainsi que de balises d’éclairage posées au sol. Auparavant, des plongeurs ont fait couler un socle de béton pour soutenir le voile de protection de l’ensemble, puis un revêtement coloré a été posé de manière à embellir le quai. Enfin, notre mosaïste Pei a restauré le banc en pierre qui est son œuvre et je vous laisse le soin d’admirer la qualité de son travail, mis en valeur par le nouvel éclairage qui permet, et vous pouvez le constater, d’apprécier la Pesquière à la tombée de la nuit.

L’ensemble des travaux réalisés sur ce site représente un montant de plus de 690 000 euros, et s’inscrit dans le cadre de notre politique de rénovation du patrimoine, qui nous a déjà conduit, depuis 2008, à rénover la citadelle, les rues de la vieille ville et la chapelle du Couvent. C’est dire notre attachement à la préservation de ce qui a fait la riche histoire de Saint-Tropez et notre volonté de valoriser au mieux les fleurons de notre patrimoine“.